Brèves

Une « verbothèque » unique au monde pour transmettre la littérature orale

amis-du-verbe-2Une mère et sa fille, originaires de Haute-Garonne, chantent a capella « Je me suis en allée », refrain traditionnel destiné aux jeunes filles. Sur le même fond gris, Claire, 60 ans, chante « Gugus avec son violon ». La jeune Amaïa entonne elle « La Fielairas », air occitan autrefois bien connu dans la région.

Ces courtes vidéos sont compilées depuis 2015 sur la chaîne Youtube de l’association « Les amis du verbe ». Et depuis le mois de septembre dernier, les personnes qui visitent le petit village de Saint-Martory (Haute-Garonne) peuvent les découvrir dans la « Verbothèque ». Ce lieu unique au monde est destiné au partage et à la préservation du patrimoine oral. C’est en effet là, dans la maison la plus étroite du village, que le chanteur néerlandais Dick Annegarn a choisi d’installer son lieu de collecte et de découverte de ce qu’il appelle volontiers l’ « oraliture », la littérature orale.

festival-du-verbe-dick-annegarnDans cette bâtisse du 17ème siècle, qui servira aussi de lieu de résidence pour des artistes, on trouve la collection personnelle de Dick Annegarn comptant pas moins de 600 recueils et livres consacrés à l’art oral. Ces documents sont disponibles à la consultation sur place et à l’emprunt. On peut aussi entendre dans la Verbothèque les nombreux enregistrements de chants, comptines et ritournelles de troubadours de poètes et de slameurs. Les accents, patois et langues régionales sont bien sûr à l’honneur : breton, flamand ou québecois… Une bonne partie de ces sons ont été captés par l’association elle-même, lors de festivals, manifestations, spectacles, joutes verbales et sessions d’enregistrements dans une caravane en déplacement dans toute la France. A chaque fois, l’association cherche à faire revivre la mémoire orale collective pour ressusciter des chants, des notes et des accents que l’on croyait parfois oubliés. Tout autour du village, l’association a également installé des stèles sur lesquelles sont inscrits des paroles ou des extraits de textes. En attendant, elle l’espère, d’autres verbothèques à venir dans d’autres villages français.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut ↑